Côte d’Ivoire: les autorités sanitaires appellent à la vigilance face au virus Marburg

Il y a dix jours, deux cas ont été détectés au Ghana voisin. Depuis la détection de ces cas de fièvre hémorragique, la Côte d’Ivoire a activé son système d’alerte. Les efforts se concentrent sur la frontière avec le pays anglophone où les spécialistes exhortent les populations à consulter en cas de fièvre, saignement, vomissements ou nausées. À Abidjan, l’INHP, l’Institut national d’hygiène publique se prépare.

Avec notre correspondant à Abidjan, Youenn Gourlay

Des équipes ont été dépêchées à la frontière dans le nord-est ivoirien, où quatre districts seraient à haut risque. Un plan de riposte est déjà prêt et les contrôles aux frontières ont été renforcés.

« On ne va pas attendre qu’un cas se déclare chez nous, il faut prendre les dispositions conformément aux règlements sanitaires internationaux et nous avons cette habitude quand il y a des cas dans un pays voisin, nous anticipons, explique Joseph Bénié, directeur de l’INHP. Compte tenu des mouvements de population entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, il est important que nous puissions prendre nos dispositions. »

Le directeur de l’Institut estime que le pays est aujourd’hui préparé face aux épidémies. Entre 2013 et 2016, la Côte d’Ivoire avait pris des mesures fortes pour éviter l’arrivée d’Ebola sur son territoire et aucun cas n’avait été détecté.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles