Côte atlantique : La pollution aux billes plastiques pourrait avoir une origine commune

ANALYSES - Les granulés de plastique retrouvés sur les plages du littoral atlantique ont une composition semblable et pourraient avoir la même source, considèrent les experts du Cedre

Elles déferlent sur les plages de la côte atlantique depuis fin novembre. Et de manière plus intensive depuis quinze jours entre la Vendée et le Finistère. Les microbilles de plastique recueillies pour analyse ont une composition et des caractéristiques similaires, laissant envisager une origine commune, selon un rapport d’expertise.

« Les analyses ne permettent pas d’exclure une origine commune des GPI [granulés plastiques industriels] pour les GPI blancs et translucides majoritaires dans les échantillons prélevés », a indiqué Nicolas Tamic, adjoint du directeur du Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), basé à Brest.

Elles sont restées peu de temps en mer

Le Cedre a analysé ces microbilles, aussi surnommées « larmes de sirène », à la demande de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de Loire-Altantique. Selon son rapport finalisé mardi soir, les analyses indiquent une présence très majoritaire de polyéthylène dans les granulés, à hauteur de 90 %, et ne montrent pas « de différence majeure dans les caractéristiques des GPI prélevés sur les sites visités ». Ces granulés plastiques de moins de 5 mm sont en outre restés peu de temps dans l’environn(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Le mal est fait »... Des plages de la côte atlantique envahies par des granulés de plastique
Nantes : Au marché de la Petite-Hollande, l’interdiction des sacs plastiques n’emballe pas tout le monde
Danone assigné en justice par des ONG pour pollution au plastique