"C'était très difficile de respirer": des survivants racontent leur calvaire dans le métro inondé en Chine

·4 min de lecture

Lors d'inondations importantes dans la ville de Zhengzhou ce mardi, l'eau a envahi une rame de métro dans laquelle se trouvaient des centaines de personnes, prises au piège.

La ville de Zhengzhou, au centre de la Chine, a subi mardi des inondations dévastatrices, qui ont fait au moins 33 morts après trois jours de pluies torrentielles représentant l'équivalent d'un an de précipitations. Le pays reste sous le choc des images d'une rame de métro, envahie mardi par une crue soudaine, avec des passagers qui tentent de garder la tête hors de l'eau debout sur des sièges.

Quelque 500 usagers se sont retrouvés pris au piège entre deux stations, a précisé jeudi l'opérateur du métro, déplorant la mort de 12 passagers. Plusieurs survivants ont témoigné depuis de la peur et de l'angoisse ressenties lors de cette catastrophe, dont certains ont cru ne pas sortir vivants.

"C'était très difficile de respirer" 

"Au début, il n'y avait pas beaucoup d'eau, puis c'est comme si tout était arrivé en même temps", raconte au média chinois Pear Video une femme, dont le témoignage a été traduit par la BBC. "Au bout de 30 minutes, c'était au niveau de mes épaules, c'était très difficile de respirer, certains se sont évanouis", explique-t-elle. Coincée pendant quatre heures dans une rame inondée, elle raconte avoir fondu en larmes lorsqu'elle a été sauvée.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"J'étais vraiment terrifiée. Quand j'ai vu l'eau monter au-dessus de nos têtes par la fenêtre, je me suis préparée à accepter que je ne pourrais jamais sortir", déclare une autre passagère, reprise par CNN.

Tous racontent cette arrivée soudaine de l'eau, certains expliquant avoir paniqué immédiatement, d'autres décrivant le calme des passagers, et l'entraide. Mais rapidement, c'est le manque d'air qui se fait sentir dans les rames submergées.

"Je n'y arriverais peut-être pas"

"J'avais très peur, mais la chose la plus terrifiante n'était pas l'eau, c'était la diminution de la quantité d'air", raconte un survivant à Reuters.

Sur Weibo, l'équivalent de Facebook en Chine, des témoignages ont aussi été publiés, parfois supprimés ensuite, comme le note The Guardian. Une femme y racontait que parmi les passagers, à mesure que la rame se remplissait d'eau, "beaucoup commencaient à souffrir de difficultés respiratoires". Elle explique avoir entendu une personne appeler ses proches, et leur donner les accès à ses comptes bancaires, "j'ai pensé que je devais faire pareil".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Beaucoup de choses me sont venues à l'esprit, mais j'ai eu du mal à les exprimer. J'ai seulement dit à ma mère que 'je n'y arriverais peut-être pas' et j'ai mis fin à l'appel", expliquait encore ce témoin. "J'étais sur le point de m'effondrer… Je me suis évanouie à cause du manque d'air frais, mais j'ai été réveillée par la vibration d'un appel téléphonique de ma mère, me disant que les secours étaient en route".

Les secours, arrivés au fur et à mesure sur la ligne de métro submergée, ont ouvert les rames par le haut, et fait sortir un par un les passagers, les plus fragiles d'abord, selon des témoignages. Un homme, venu chercher sa femme coincée dans le métro, raconte à Southern Weekly s'être finalement retrouvé à aider les secours sur place.

Parmi ceux qui sortaient certains "vomissaient, d'autres avaient des maux de tête, suffoquaient, ou s'évanouissaient à cause du manque d'oxygène. La situation était effroyable".

L'ouverture des transports en question

Nombreux sont ceux en Chine qui s'interrogeaient à la suite du drame sur un manque d'anticipation des autorités. "Comment se fait-il [...] que le métro n'ait pas été fermé?", pestait un internaute dans une discussion sur le réseau social Weibo qui dépassait jeudi les 92 millions de vues, selon l'AFP.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Face à la pression, le ministère des Transports a appelé les opérateurs de métro à "améliorer leurs plans d'urgence" en cas d'intempéries. Le gouvernement a débloqué une aide d'urgence de 100 millions de yuans (13 millions d'euros) en faveur du Henan, la province très peuplée dont Zhengzhou est la capitale. 376.000 personnes ont été évacuées de la ville, selon le dernier bilan.

La météorologie nationale annonce encore des pluies avant une accalmie vendredi. Mais plus au nord, dans le Hebei, la province qui entoure Pékin, certains secteurs ont été placés à leur tour en alerte rouge.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles