"C'était très chaud": échange tendu entre Blanquer et Véran en marge du Conseil des ministres

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Olivier Véran
    Neurologue et homme politique français
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, le ministre de la Santé Olivier Véran et le Premier ministre Jean Castex le 31 mars 2021 - Ludovic Marin
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, le ministre de la Santé Olivier Véran et le Premier ministre Jean Castex le 31 mars 2021 - Ludovic Marin

876450610001_6291449460001

Brocardé par les oppositions pour sa gestion de la crise sanitaire, Jean-Michel Blanquer a eu maille à partir avec son homologue de la Santé Olivier Véran ce mercredi, en marge du Conseil des ministres, a appris BFMTV confirmant des informations du Parisien.

Quelques minutes avant la réunion gouvernementale hebdomadaire à l'Élysée, alors qu'Olivier Véran discutait avec d'autres membres du gouvernement dans une salle annexe, le ministre de l'Éducation nationale est arrivé, le visage fermé.

"Il n'a pas mis les formes, il a coupé Véran direct", assure un spectateur de la scène à BFMTV. "C'était très chaud", selon un autre.

"Blanquer s'est senti lâché en rase campagne"

Remonté, Jean-Michel Blanquer reproche alors à Olivier Véran de ne pas suffisamment prendre sa défense et de ne pas jouer assez "collectif" en ce moment. "Il faut qu'on soit bien soudés et coordonnés", a ainsi lancé l'occupant de la rue de Grenelle à son collègue de l'avenue de Ségur. Olivier Véran tente alors de le calmer.

"La discussion était franche. Blanquer s'est senti lâché en rase campagne quand la rentrée a mal tourné", rapporte un ministre.

Le nœud du problème: le manque d'autotests couplé aux files d'attente devant les pharmacies, avec de nombreux enfants. Jean-Michel Blanquer, en coulisses, martèle qu'il n'est pas responsable de ces sujets. Entre les lignes: le responsable politique veut bien endosser le protocole sanitaire à l'école ainsi que ses loupés, mais pas le reste.

876450610001_6291418557001

Un précédent vendredi

Vendredi après-midi, un même débat tendu s'était déjà déroulé lors d'une réunion à Matignon rassemblant ces deux protagonistes ainsi que le chef du gouvernement Jean Castex.

Si cette discussion "franche", a bien eu lieu ce mercredi, l'entourage de Jean-Michel Blanquer en minimise la portée.

"Ce n'est pas la première et la dernière fois qu'ils s'expliquent, c'est normal. Ce n'était pas si tendu que cela. Vous avez un ministre de l'Éducation et un ministre de la Santé qui ont des priorités différentes, c'est encore une fois normal et il n'y a pas de fossé entre eux", d'après cette source.

Au cours du Conseil des ministres qui a suivi, Emmanuel Macron a exprimé un soutien appuyé à Jean-Michel Blanquer, le remerciant, au même titre que le Premier ministre, "pour les décisions pragmatiques qui ont été prises".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles