"C'était mieux après" : quand un enfant se retrouve dans une école de surdoués

·1 min de lecture

C’est l’histoire* de Vladimir, 10 ans. Un petit garçon trimbalé d’école en école. Tous les six mois, ses parents ont la bougeotte, ils déménagent, changent de métier et lui se retrouve obligé de changer d’établissement. A chaque fois la même rengaine, s’adapter, se faire de nouveaux copains, se protéger des fortes têtes et ne pas trop s’attacher non plus, il ne reste jamais longtemps sur place. Sauf que cette fois, c’est pas pareil. Il tombe dans une école vraiment pas comme les autres...  

Vladimir parmi les enfants surdoués. Vladimir débarque à l’EEIP, l’école pour enfants intellectuellement précoces. Des élèves totalement inclassables. Et dans la nouvelle classe de Vladimir, seulement 5 élèves, Loïs, Catel, Reynaldo, Lou-Maltais et Frédéric du Cresson de la Châtre. Comment accepter ses nouveaux camarades ? Et comment se faire accepter surtout ? La suite, c’est Coumba, Léonard et Clémence, élèves de l’école Danrémont à Paris, qui vous la lisent. Et par la suite, Vladimir va avoir une idée assez lumineuse pour amadouer ses nouveaux camarades. Mais je m’arrête là... 

Un roman à lire à partir de 8 ans. Dès le CE2 pour les bons lecteurs ou le CM1, vos enfants adoreront cette histoire. C’est forcément une histoire très bien adaptée si vous déménagez et que votre enfant a du mal se faire à l’idée. Mais ce livre n’est pas réservé aux nomades, vous apprécierez la plume d’Agnès Desarthe, elle se met vraiment à hauteur d’enfants. Du début à la fin, on suit Vladimir, on rentre dans s...


Lire la suite sur Europe1