"C'était une mafia": une ex-employée d'Assu 2000 raconte de l'intérieur le système Jacques Bouthier

Nour, une ancienne employée d'Assu 2000 harcelée par Jacques Bouthier - BFMTV
Nour, une ancienne employée d'Assu 2000 harcelée par Jacques Bouthier - BFMTV

876450610001_6306875043112

La ville de Tanger au Maroc, zone clé du système Jacques Bouthier? L'ancien patron du groupe Assu 2000, a été mis en examen et incarcéré pour "traite d'êtres humains" et "viol sur mineur". Le chef d'entreprise a démissionné ce mardi, mais depuis, les révélations sur son comportement se multiplient.

BFMTV a recueilli le témoignage de Nour (le prénom a été modifié), qui a été licenciée d'Assu 2000 en novembre 2021, après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Selon elle, des responsables de la société auraient joué le rôle de rabatteurs. "Lors de ma formation, ils [des cadres de l’entreprise] m'expliquent que je suis clairement le style de Jacques Bouthier", raconte-t-elle au micro de BFMTV.

"Quand j’intègre le plateau, on me fait comprendre encore une fois que je suis vraiment le style de Jacques. Pour eux j’étais clairement son style parce qu'il aime les filles minces, jeunes, et que j’avais 20 ans à l'époque", poursuit-elle.

Un système en deux phases

Des responsables d'Assu 2000 connaissaient les goûts du patron, et orientaient ainsi leurs recrutements en fonction de ces derniers. Se dessine alors l'image d'un patron particulier, à la fois chaleureux avec ses salariés à qui il propose volontiers son aide, mais capable dans le même temps de gestes inapropriés envers les jeunes filles. Il se permet d'évoquer librement leur physique en public, et se fâche quand on refuse ses avances.

Nour revient sur sa première rencontre avec l'ancien patron d'Assu 2000, dans les locaux de Tanger. "Quand Jacques débarque pour la toute première fois, il vient à côté de moi et touche mon épaule. Je le repousse. Là, ma responsable d'équipe me pince la jambe", explique-t-elle.

"Juste après son départ, elle me prend à part dans un bureau et me dit 'tu te prends pour qui? Tu viens d'intégrer, tu n'as même pas signé de contrat, je pense que tu ne vas pas tarder à être virée"

Dans le cas de Nour, le "système Bouthier" se déploit en deux phases. En 2018, la jeune femme suscite l'intérêt de l'ex-dirigeant d'Assu 2000. Elle est donc choyée par ses managers. Mais en 2019, alors que cela fait un an qu'elle refuse ardemment les avances de Jacques Bouthier, le comportement de ses supérieurs change radicalement.

Du jour au lendemain la jeune femme est convoquée pour lui annoncer sa mise au placard. Elle sera finalement licenciée le 19 novembre 2021. La veille, Jacques Bouthier lui avait envoyé un dernier message:

"Espèce de salope, tu vas dégager".

"Ta fille, c'est une pute"

Depuis, Nour se dit fracassée. "Limite j’ai peur de travailler pour quelqu'un d'autre. J’ai toujours peur d’eux. Ils sont capables de tout. Je pensais travailler dans une compagnie d’assurance, mais en fait c'était une mafia", confie l'ex-employée.

D'autant que le calvaire de la jeune fille n'a pas pris fin avec son licenciement. Les dirigeants du bureau de Tanger ont même été jusqu'à contacter sa mère.

"Ils l'ont convoquée, l'ont mise dans une salle et lui ont dit 'ta fille, c'est une pute'", explique-t-elle. 876450610001_6306826154112

Dans le système Bouthier, Tanger occupe une place stratégique. Jacques Bouthier s'y rendait ainsi régulièrement pour voir les nouvelles têtes de son entreprise. Là-bas, il se permettait quelques largesses auprès de ses employées, dont certaines quittaient le bureau pour ne pas avoir affaire à lui.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles