«C'était inhumain» : le choc et le chagrin dans les Vosges après le suicide de Lucas

© FREDERICK FLORIN / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il n'avait que treize ans. Lucas, un collégien de Golbey, dans les Vosges, s'est suicidé chez lui samedi dernier. Ses proches affirment qu'il était victime de harcèlement de la part de certains de ses camarades à cause de son homosexualité. Une enquête préliminaire a été ouverte pour le vérifier et savoir s'il y a bien un lien entre ces moqueries et le suicide de l'adolescent. Dans son collège, les élèves et leurs parents restent abasourdis, en témoigne le seul bouquet accroché à la grille d'entrée de l'établissement.

 

 

>> LIRE AUSSI - Harcèlement scolaire : les trois numéros mis en avant dans la prochaine campagne de prévention

Une semaine après le suicide de Lucas, Lilou, dans la même classe que lui, a encore du mal à y croire. "On n'a rien vu. Personne n'a rien vu et on essaye de trouver des réponses aux questions. La question que tout le monde se pose, c'est pourquoi", interroge-t-elle dans un souffle.

Malgré des plaintes, "rien ne se passait"

La meilleure amie de Lucas, Anaïs, ne s'attendait pas non plus à ce qu'il passe à l'acte, mais explique qu'il était harcelé à cause de son homosexualité. "On le bousculait, on le traitait de pédales, de pédé. C'était inhumain. Il en avait parlé à la CPE et au principal. Mais d'après ce qu'il me disait, il n'y avait rien qui se passait", explique la jeune collégienne.

>>Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici

 

Des propos qui inquiètent beaucoup Jean-François, le père d'Anaïs et de ses deux sœ...


Lire la suite sur Europe1