"C'était hors de question que je meurs" : les rescapés du Bataclan témoignent au procès

·2 min de lecture

Au 19e jour du procès des attentats du 13-Novembre, la Cour d’assises spéciale entend les survivants du Bataclan. Ces témoignages des parties civiles doivent durer quatre semaines. Tous racontent ce qu'ils ont vu et comment ils s'en sont sortis.

Les témoignages sont glaçants. Au procès des attentats du 13-Novembre, la cour d'assises spéciale a commencé à entendre les survivants du Bataclan mercredi, après ceux des attaques du Stade de France et des terrasses parisiennes ces derniers jours. Les rescapés tentent de raconter l'enfer de cette soirée du 13 novembre 2015 dans la salle de spectacle, où des terroristes sont entrés pendant le concert des Eagles of Death Metal. Europe 1 suit les débats au palais de justice de Paris. Ce mercredi, plusieurs survivants se sont présentés à la barre.

"On était piégés comme des cons"

Clarisse, une jeune étudiante de 24 ans, raconte qu'elle se préparait à vivre un beau vendredi soir, avec deux amis. L'étudiante aime observer les visages, et ce soir-là dans la salle, "tout le monde était heureux", se souvient-elle en souriant. "Fauchée" comme elle le dit, l'étudiante veut ressortir du Bataclan pour acheter des canettes de bières. Alors dans le vestiaire, elle entend, à 21h47, "un son assourdissant qui déchire le silence de la rue". Elle regarde le videur : "Je ne vois pas ce qu’il voit mais je comprends : la mort elle est là, et il la voit."

Trois terroristes s'engouffrent dans le Bataclan, tirent en rafales sur le public. Clarisse fait demi-tour "en pilote automatique, je cours vers la fosse je pousse des gens, je renverse des bières", explique-t-elle avant d'atterrir à droite de la scène où elle était "une cible facile", selon ses mots. Elle défonce une porte, pénètre dans des escal...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Au procès du 13-Novembre, dans "l'inhumanité aveugle" du Bataclan :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles