Cétacés, oiseaux, pieuvres : comment dorment les animaux ?

·2 min de lecture

Qu'il évolue au fond des mers, sur le plancher des vaches ou très haut dans le ciel, à chaque animal son style de sommeil !

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - Les Indispensables n°202 daté octobre/ décembre 2020.

Les cétacés ne dorment que d'un œil

L'ignorance peut être fatale ! Dans les années 1970, des dauphins ont péri en captivité parce qu'on a voulu les soigner... sous anesthésie. Ils mouraient, victimes d'asphyxie ! On ignorait alors que les cétacés, mammifères des mers, respirent de manière consciente, contrairement aux mammifères terrestres, qui n'y pensent jamais. Le neuroscientifique américain John Lilly fut le premier à étudier le sommeil des dauphins et autres cétacés, dès 1964. Il observa que les dauphins ne dorment littéralement que d'un œil.

Les études menées ultérieurement sur des cétacés captifs ont montré que leur sommeil s'installe en ondes lentes dans un seul hémisphère cérébral, tandis que l'autre est parcouru d'ondes rapides typiques de l'éveil. Les périodes de sommeil alternent à égalité d'un hémisphère à l'autre, par épisodes de moins d'une heure, une dizaine de fois par jour. Soit cinq épisodes de sommeil par hémisphère. Cela permet aux animaux de remonter régulièrement respirer à la surface, d'éviter de heurter d'autres cétacés nageant avec eux et de rester actifs, de manière à conserver une température corporelle de mammifères dans un environnement froid qui les menace à tout moment d'hypothermie.

Le jet-lag du plancton

Chaque jour, les larves du ver Platynereis dumerilii migrent de la surface vers les profondeurs, à l'abri des rayons ultraviolets nocifs durant la journée. Et c'est la mélatonine, "l'hormone du sommeil", qui régit ces déplacements. En 2014, des chercheurs de Heidelberg (Allemagne) ont visualisé dans le cerveau des larves un changement de l'activité de neurones moteurs, répondant à la mélatonine, entre le jour et la nuit. Produite la nuit, cette hormone ralentit les battements de cils qui permettent à la larve de se déplacer verticalement, et celle-ci coule vers les profondeurs. Le jour, sans production de mélatonine, les batte[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles