César 2021 : sept trophées pour "Adieu les cons" d'Albert Dupontel dans une cérémonie terne et revendicative

Jacky Bornet
·1 min de lecture

Les César sont revenus vendredi 12 mars à une vieille habitude en concentrant ses plus grandes récompenses sur un film, cette année, Adieu les cons d’Albert Dupontel. La tendance de ces dernières années était en effet de soupoudrer les récompenses. Toutefois, la révélation de la soirée restera le documentaire de Sébastien Lifshitz, Adolescentes, avec quatre César, alors que Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait, d'Emmanuel Mouret, avec 13 nominations, est reparti avec un seul trophée.

Autre dominante, les revendications des professionnels du cinéma qui ont dénoncé la gestion gouvernementale du monde culturel depuis le début de la pandémie de coronavirus, et particulièrement le 7e art. Ainsi la soirée a été émaillée de nombreuses interpellations des remettants et lauréats à destination de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, présente dans la salle de l’Olympia, mais jamais cadrée par le réalisateur de la retransmission sur Canal+, Tristan Carné.

Frustration et revendications

Si les cérémonies des César ont été souvent ponctuées de discours revendicatifs de la part des intervenants sur scène, surtout à propos du statut des intermittents du spectacle, ces discours ont été particulièrement violents cette année. Le sommet était atteint avec la comédienne Corinne Masiero, apparue sur scène sous la défroque d’une peau d’âne ensanglantée, puis dévêtue jusqu’au nu intégral, pour stigmatiser le monde culturel privé de ses lieux dédiés, dont les salles de cinéma. Sur (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi