César 2021 : Pourquoi n'a-t-on pas vu Roselyne Bachelot?

·2 min de lecture

Lors de la 46e édition des César, qui s'est tenue vendredi soir en pleine pandémie et alors que les salles de cinéma sont toujours fermées, la ministre de la Culture a été interpellée à plusieurs reprises. Si elle n'est pas apparue à l'écran, elle était bien présente à l'Olympia. 

La cérémonie des César est rarement une partie de plaisir pour les ministres de la Culture qui y assistent. Cette année, alors que les salles de cinéma ont fermées leurs portes depuis fin octobre 2020 – sans oublier les mois de fermeture du printemps lors du premier confinement– Roselyne Bachelot a été interpellée à plusieurs reprises lors de cette 46e édition atypique, soumise à un protocole sanitaire à cause du Covid-19.

«Mes enfants peuvent aller chez Zara et pas au cinéma... C'est incompréhensible! On a besoin d'une volonté politique pour que le cinéma continue d'évoluer, vous devez porter cette responsabilité en tant que ministre», a, entre autre, déclaré à son intention Stéphane Demoustier, tout juste récompensé du César de la meilleure adaptation pour «La fille au bracelet».

Roselyne Bachelot ne sort aucun livre

Dans les colonnes de Paris Match, Marina Foïs, maîtresse de cérémonie, avait donné le ton : «Historiquement, le ministre de la Culture est là et s’en prend plein la gueule. Il ne manquerait plus que cette année elle soit épargnée! » Une déclaration que la ministre a très peu goûté. Lors de son discours d’ouverture, la comédienne n’a effectivement pas oublié Roselyne Bachelot. Epinglant les décisions du gouvernement de laisser les salles de cinéma fermées mais les églises et les magasins ouverts, elle a enchaîné : «Soyons justes, le gouvernement n’a pas rien fait, il y a des aides et la ministre non plus elle n’a pas rien fait. Madame Bachelot, vous sortez un livre en prévente sur Amazon, 18 euros, "Ma vie en rose" dans lequel vous donnez votre recette de pâtes au gorgonzola. Vous avez vraiment les petits trucs pour trouver du réconfort, pour traverser les crises. C’est réconfortant, merci pour ça».

A ce(...)


Lire la suite sur Paris Match