César 2021: une cérémonie très politique, deux comédiens noirs meilleurs espoirs

·3 min de lecture

Devant 200 personnalités triées sur le volet, testées et dûment masquées à l'Olympia, bénéficiant d'un orchestre sur scène dirigé par Benjamin Biolay, la cérémonie des César 2021 devait hier faire oublier la calamiteuse édition de l'an dernier. Mission réussie sous la présidence de Roshdy Zem, avec Marina Foïs en maîtresse de cérémonie.

Les trophées du cinéma français ont consacré des acteurs de la diversité et surtout ont été une tribune pour les professionnels du secteur, excédés par des mois de fermeture des salles de cinéma.

Elégante, souvent drôle, mais comme toujours interminable, la cérémonie des César 2021 se révèle surtout combative. La maîtresse de cérémonie Marina Foïs donne le ton dès l'ouverture : « Ce qui nous manque, c’est ce qui nous lie, les émotions qu’on vit ensemble et qui nous font dire qu’on n’est pas tout à fait seuls ».

Après l'édition 2020 marquée par les accusations d'entre-soi et de fermeture aux minorités, le changement d'ère est marquant avec les deux trophées des révélations attribuées à des comédiens noirs.

Le comédien et réalisateur Jean-Pascal Zadi, qui a reçu le César du meilleur espoir masculin pour sa performance dans son film ovni Tout simplement noir a saisi la tribune offerte pour remercier les comédiens et comédiennes noires qui l'ont précédé.

« Je remercie tous ceux qui ont ouvert la brèche avant moi : Euzhan Palcy, Isaach de Bankolé, Omar Sy, Maïmouna Doucouré, Déborah Lukumuena, Mati Diop, Alice Diop, Zita Hanrot, le bon vieux colonel Ladjj Ly et Fathia Youssouf », a-t-il dit.

« Chaque génération doit trouver sa mission »

« Le film Tout simplement noir avant tout parle d’humanité. Dans cette optique, j’ai envie de parler de Adama Traoré, j’ai envie de parler de Michel Zecler. J’ai aussi envie de dire qu’on peut se demander si notre humanité compte lorsqu’on voit que l’esclavage a été retenu comme crime contre l’humanité en 2001 et qu’aujourd’hui, sur l’espace public, certaines personnes qui ont activement participé au crime contre l’humanité sont glorifiées par des statues. Et je vais quitter la scène en citant mon ami Frantz Fanon qui dit : “ Chaque génération doit trouver sa mission. L’accomplir ou la trahir », a aussi lancé Jean-Pascal Zadi.

Au fil de la soirée, remettants ou césarisés en profitent pour demander la réouverture des salles de cinéma. Stéphane Demoustier, César du meilleur scénario : « Alors je m’adresse à vous, madame Bachelot, sans volonté politique, on ne préservera pas le système qui est si vertueux ».

L'actrice Corinne Masiero se met, elle, littéralement à nu pour exprimer les revendications des professionnels de la culture : « Qui veut la peau de Roger l’intermittent ? Maintenant, on est comme ça, tout nu, voilà ».

Autant d'interventions qui pourraient occulter les principaux prix, et notamment le sacre d'Albert Dupontel, qui décroche sept trophées, dont meilleure réalisation et meilleur film pour sa comédie féroce Adieu les cons.

• L’essentiel du palmarès des César 2021

Meilleure actrice

Laure Calamy, Antoinette dans les Cévennes

Meilleur acteur

Sami Bouajila, Un fils

Meilleure actrice, dans un second rôle

Emilie Dequenne, Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait

Meilleur acteur, dans un second rôle

Nicolas Marié, Adieu les cons

Meilleur espoir féminin

Fathia Youssouf, Mignonnes

Meilleur espoir masculin

Jean-Pascal Zadi, Tout simplement noir

Meilleure réalisation

Albert Dupontel, Adieu les cons

Meilleur film

Adieu les cons