César 2021 : ce qu'il faut retenir de cette 46e cérémonie aux accents très politiques

franceinfo
·1 min de lecture

Les César avaient promis de rompre avec le passé. Ils ont poursuivi leur mue, vendredi 12 mars, à l'occasion de leur 46e cérémonie qui s'est tenu à l'Olympia à Paris. Cette édition 2021 a aussi pris une tournure très politique, alors qu'en pleine épidémie de Covid-19 les cinémas restent fermés depuis des mois, sans perspective de réouverture. Voici ce qu'il faut retenir de cette soirée animée.

La ministre de la Culture sans cesse interpellée

Combien de fois la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a-t-elle été apostrophée depuis la scène des César par des acteurs, réalisateurs ou producteurs lui demandant qu'elle agisse pour leur assurer un avenir en pleine pandémie ? Difficile de tenir le compte, tant les prises de position ont été nombreuses.

Il y a eu d'abord le discours d'ouverture de la maîtresse de cérémonie, Marina Foïs, réclamant de retrouver le public des salles obscures et lançant : "Je veux rire avec des inconnus. Ça manque à crever. Même vos pop-corns, ça me manque." L'hôte des César a aussi moqué la "pharmacienne" en poste au ministère de la Culture occupée à écrire un "livre de cuisine" avec ses "recettes au gorgonzola" en pleine pandémie.

Il y a également eu les remettants, à l'instar d'Anny Duperey, lançant dans une allusion aux gloires du cinéma français disparues ces derniers mois : "Roselyne, va falloir se battre plus fort pour nous, avant qu'ils ne se tirent tous."

Il y a encore eu Laure Calamy, César de la meilleure actrice pour son rôle de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi