Cérémonies multiples, distanciation... Avec le Covid, comment vont se dérouler les messes de Noël?

Clarisse Martin
·3 min de lecture
Messe célébrée au Sacré Coeur à Paris, le 1er novembre 2020 - THOMAS COEX / AFP
Messe célébrée au Sacré Coeur à Paris, le 1er novembre 2020 - THOMAS COEX / AFP

À l'image des mois écoulés, les offices religieux pour célébrer Noël ne devraient cette année pas ressembler aux messes habituelles. Les paroisses ont dû mettre en place des protocoles sanitaires pour accueillir les fidèles dans les conditions les plus propices possibles au maintien de la sécurité sanitaire.

"On est heureux que le couvre-feu soit levé demain soir. C'est vraiment une bonne chose pour les fidèles et un bon nombre de Français pour qui célébrer Noël, c'est aussi aller à l'église", salue auprès de BFMTV.com le père Hugues de Woillemont, secrétaire général et porte-parole de la Conférence des Evêques de France (CEF).

Distanciation physique

Si la jauge de trente personne dans les édifices religieux a été retoquée par le Conseil d'Etat à la fin du mois de novembre, les cérémonies se dérouleront en plus petit comité qu'à l'accoutumée.

Plutôt qu'une jauge commune à tous les édifices religieux, c'est une règle de distanciation physique qui a été finalement adoptée depuis plusieurs semaines, et sera donc en vigueur à Noël: les catholiques devront occuper un siège sur trois et un banc sur deux seulement. "Les familles ne seront pas séparées", précise toutefois Hugues de Woillemont.

Certaines municipalités ont localement décidé de mettre à disposition des lieux tels qu'"une salle polyvalente ou un alais des Sports pour permettre plus d'espace que dans une église", ajoute le prêtre, citant l'exemple de Levallois-Perret en région parisienne.

Multiplication des cérémonies

Pour permettre au plus grand nombre de fidèles d'assister aux offices du 24 décembre ou du 25, jour de Noël, plusieurs cérémonies se succéderont.

"En termes d'accueil des fidèles, on a, dans les différentes paroisses, multiplié le nombre de messes, souvent dès 17 heures et jusqu'à la messe de minuit", explique le porte-parole de la CEF.

Un plus grand nombre d'offices sera également proposé dans les maisons de retraites, hôpitaux et établissements pénitentiaires, souligne l'homme d'Eglise.

Une application, accessible ici, a même été lancée pour permettre aux personnes désirant se rendre à la messe de "réserver" des places à l'office religieux de leur choix.

Consignes et gel hydroalcoolique

Outre ces mesures pour favoriser la distanciation physique, les mesures habituelles observées dans les différents lieux publics seront de mise:

"Les gens viendront masqués, ils en ont l'habitude. Des équipes de paroissiens proposeront du gel (hydroalcoolique) à l'entrée", détaille Hugues de Woillemont. "Ce sont des choses dont on a aussi l'habitude dans la vie de tous les jours, il y a des réflexes qui sont pris et qui s'appliquent aussi dans l'église."

Du fait du risque épidémique et de ces consignes sanitaires renforcées, la messe de Noël sera-t-elle aussi suivie que les années précédentes? Le père Hugues de Woillemont se veut optimiste:

"Peut-être que cela en découragera. Mais en même temps, je crois que sera plus fort, le besoin de se retrouver, de célébrer la fête de Noël, de vivre ce temps fort spirituel et de fraternité."

Article original publié sur BFMTV.com