Céréales: malgré les frappes sur Odessa, l'Ukraine continue de préparer ses ports

L'accord sur les exportations de céréales peut-il tenir bon après les tirs sur le port d'Odessa ? Si Kiev fustige un dialogue impossible avec Moscou, les Russes disent avoir visé une cible militaire sans rapport avec le blé. Et sur place, les autorités locales continuent de préparer ses ports aux futures importations.

Malgré les dommages dans le port d'Odessa, le ministre ukrainien des Infrastructures confirme que les exportations de blés restent envisageables. Les frappes de samedi 23 juillet, au lendemain de l'accord d'Istanbul, n'ont techniquement pas remis en cause la reprise des exportations depuis le principal port ukrainien sur la mer Noire, selon les autorités locales.

Pourtant, samedi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié l'attaque de « cynique et barbare », estimant qu’elle constituait un coup porté aux positions politiques de la Russie elle-même, rapporte notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan. En filigrane, le chef de l’État ukrainien entendait s'adresser à tous ceux qui croient qu’un dialogue avec la Russie est possible et qu’un accord avec Moscou est nécessaire. « Regardez ce qui se passe », a-t-il fermement déclaré.

La méfiance des militaires ukrainiens

Dimanche, un conseiller économique du président Volodymyr Zelensky a déclaré que si les bombardements russes continuaient, il ne faudrait non pas huit ou neuf mois pour exporter le blé ukrainien, mais plutôt de 20 à 24 mois.

Moscou affirme avoir frappé des cibles militaires


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles