Céréales bloquées par la guerre en Ukraine : les agriculteurs pris en étau

Près de 22 millions de tonnes de céréales destinées à l'exportation sont toujours bloquées en Ukraine en raison de la guerre.

Les nouvelles récoltes risquent d'aggraver la situation

Un chiffre qui pourrait tripler d'ici l'automne, alors que les nouvelles récoltes ont commencé. Un tiers du blé ukrainien est destiné à l'Europe, un autre tiers à l'Afrique du Nord, le reste à l'Asie.

Mais le blocus des ports ukrainiens par la flotte russe a paralysé l'approvisionnement par voie maritime et fait grimper les prix sur les marchés

Comme ses collègues agriculteurs, Yurii Vakulenkv se sent pris en étau : _"Les entrepôts refusent de recevoir nos céréales donc les gens les laissent ici. Sauf que la ligne de front n'est pas loin d'ici et qu'à tout moment, tout peut être détruit. On le voit aujourd'hui, des champs sont en feu."
_

Sur leurs terres, où ils risquent chaque jour leur vie, les agriculteurs retrouvent des projectiles de la guerre, notamment des roquettes.

La ligne de front n'est pas loin d'ici et à tout moment, tout peut être détruit.

Des entrepôts pleins

A cette période de l'année, l'entrepôt d'Oleksandr Chubuk devrait normalement être vide dans l'attente de recevoir les nouvelles récoltes. Mais il est toujours rempli de céréales qui n'ont pas pu être expédiées. Le propriétaire ne sait pas quoi en faire :

"Nos céréales ne peuvent pas entrer sur le marché international parce que les ports ne fonctionnent pas. La mer était la principale route pour l'exportation. Il y de nouvelles routes logistiques qui sont en cours de développement, mais l'Europe n'est pas en mesure actuellement de gérer le transport d'aussi grandes quantités", explique Oleksandr Chubuk.

L'Europe n'est pas en mesure actuellement de gérer le transport d'aussi grandes quantités.

Des alternatives insuffisantes

Le port roumain de Constanta et le Danube sont devenus des alternatives pour l'exportation des céréales bloquées en Ukraine, alors que par la route, les camions qui tentent de franchir les frontières de l'Europe doivent patienter durant des jours.

La solution pourrait venir de la Turquie qui dit travailler avec les Nations Unies, l'Ukraine et la Russie pour ouvrir des couloirs maritimes sécurisés en Mer Noire afin de faire transiter les millions de tonnes de blé et de maïs ukrainiens.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles