Céline Dion : ce fameux soir où la chanteuse a perdu sa virginité

Une révélation choc. L'équipe de Touche pas à mon poste sur C8 a l'habitude de révéler des informations sur le plateau, comme récemment sur la vie amoureuse de Vanessa Paradis. Dans l'émission du 14 novembre, le chanteur Dadju, invité de Cyril Hanouna dont l'amitié avec Kev Adams semble vaciller, a eu droit à un quizz sur Céline Dion dont il est un grand fan. Une question tombe sur la participation de la chanteuse à l'Eurovision en 1988. La québécoise, qui s'est dit soulagée à la mort de son mari René Angelil tant il souffrait chaque jour, concourait pour la Suisse. C'est alors que Fabien Lecoeuvre, chroniqueur mais également grand spécialiste de la chanson française, est revenu sur une anecdote survenue le jour de la victoire de Céline Dion à ce concours. "Le soir de l'Eurovision, elle est allée dîner, elle a pris un verre au bar, elle est remontée dans sa chambre et c'est ce jour-là qu'elle perdra sa virginité, le 30 avril 1988" affirme-t-il sur le plateau, à la surprise générale.

⋙ Céline Dion : son régime surprenant (et dangereux) dévoilé

Mais comment peut-il connaître une information aussi personnelle se demandent les chroniqueurs autour de lui. Fabien Lecoeuvre explique tout simplement qu'il l'a su par le premier amant de Céline Dion qui n'est autre que René Angelil : "J’ai fait une émission avec René il y sept ou huit ans, c’est lui qui me l'a raconté. Et un an après, il l'a redit dans un livre." Sentant qu'il avait toute l'attention de l'assemblée, il a ajouté plus de détails sur cette fameuse soirée. "En fait, ça ne s'est pas passé tout de suite. C'est parce qu'elle le chauffait quand il l'a raccompagnée dans la chambre" raconte-t-il, sous le regard médusé de Dadju qui ne semble pas vouloir en savoir davantage sur son idole, en tout cas pas sur cet aspect de sa vie privée. Mais le spécialiste de Claude François poursuit pour conclure : "Céline voulait que ce soit lui le premier. C'était important dans sa vie." La suite lui donnera raison puisqu'ils ont vécu une

(...) Cliquez ici pour voir la suite