Céline Braconnier, spécialiste de l’abstention : « On s’attend à ce que les jeunes se mobilisent le moins »

·1 min de lecture
© AFP

Deux jours avant le second tour de l'élection présidentielle , et alors qu'Emmanuel Macron creuse l'écart dans les sondages face à sa concurrente Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national, les projections sur l'abstention restent fortes. Celle-ci pourrait atteindre les 30 %, un record historique. Céline Braconnier, professeure de sciences politiques, directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et spécialiste de l'abstention, décrypte l'abstentionnisme du second tour de l'élection présidentielle, et ce qui motive certains électeurs à ne pas voter, et particulièrement les électeurs de gauche.

Doit-on s'attendre à une hausse de l'abstention pour le second tour de la présidentielle ? 
Ce serait assez logique que l’abstention augmente au deuxième tour. C'était déjà été le cas en 2017, où nous avions 3 points de plus par rapport au premier tour. Les dernières enquêtes montrent que nous pourrions gagner 3-4 points d’abstention, donc approcher les 30 % ce qui serait un record historique. Cela s’explique par la possibilité qu’un certain nombre d’électeurs de gauche notamment, qui n’ont pas de candidats au deuxième tour, préfèrent ne pas se rendre aux urnes plutôt que de se déplacer pour voter pour un des deux candidats encore lice ou voter blanc. Plusieurs indicateurs vont en ce sens : d’une part les enquêtes, qui laissent penser que les gens qui sont certains d’aller voter sont en nombre plus réduit qu’en 2017 à J-2, et puis parmi ceux qui ont déjà décidé d’aller v...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles