Le célibat après 30 ans me déstabilise

Alexandra Fleurisson
Qui donc pourra encore faire battre mon coeur?

Lorsque je me suis séparée au début de l'année 2018, je n'avais pas encore mesuré ce que représentait d'être célibataire après 30 ans. Plus de dix ans après les débuts de ma première grande et belle relation, j'ai découvert que les codes ont changé.

Curieusement, on ne drague plus de la même manière en 2018 qu'en 2007 et avant. A l'issue de ce premier épisode de ma vie, je me suis retrouvée perdue. Désorientée dans ma conception de l'amour, déstabilisée dans mes envies profondes.

Qui donc pourra encore faire battre mon coeur?

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Le problème n'est pas moi

L'année passée a été riche d'enseignements, et pour cause: j'ai vécu ma première histoire post-rupture. Elle a duré plusieurs mois, pour se déliter doucement et s'éteindre en décembre. Pour la première fois de mon existence affective, j'ai fait de nombreuses concessions sur ma vision de la vie.

Les cartes n'étaient pas en notre faveur, puisque nous ne vivions pas dans la même région et qu'aucun rapprochement n'était envisagé dans un futur proche. Nous avons été très amoureux mais je savais que nous n'étions pas sur la même longueur d'onde sur nos envies d'engagement. L'histoire s'est achevée, elle m'en a un peu coûté, puisqu'elle m'a fait douter de moi. Elle a fait vaciller les certitudes que j'avais et ma conception profonde de l'amour.

L'espace de quelques semaines, je me suis laissé gagner par l'idée que je devais changer ma vision des choses, ne pas trop en demander, modérer mes ardeurs et taire mes envies de romantisme, si je voulais pouvoir conquérir un homme et le garder près de moi. Chaque histoire d'amour, aussi courte soit-elle, laisse des traces invisibles qu'on garde pour la vie.

Puis j'ai repris pied. Le problème n'était pas moi, n'était pas lui,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post