Le célèbre linguiste Alain Rey, principal artisan du dictionnaire Le Robert, est mort à 92 ans

Alain Rey, célèbre linguiste et figure tutélaire du dictionnaire "Le Robert", est décédé à Paris dans la nuit de mardi 27 à mercredi 28 octobre à l'âge de 92 ans, ont annoncé son épouse et les éditions Le Robert. Rep Jeune diplômé en littérature, il avait animé l'équipe créée en 1951 par Paul Robert pour élaborer un nouveau dictionnaire "alphabétique et analogique" de la langue française, qui allait donner naissance en 1664 au "Grand Robert" en six volumes, puis en 1967 au Petit Robert, avant d'autres déclinaisons. Un passionné de mots Dès l’enfance, Alain Rey "a été fasciné par les mots, leur musique et leur image, leur évidence et leur étrangeté, leur richesse et la lumière qu’ils projettent sur les choses et les êtres", rappelle Le Robert sur son site.Né le 30 août 1928 à Pont-du-Château dans le Puy-de-Dôme, Alain Rey fait la rencontre d'un certain Paul Robert, à l'issue de ses études de lettres et d'art médiéval. Avocat algérois, Paul Robert entend donner à la langue française un "nouveau littré". Ensemble, ils mèneront ce projet de dictionnaire "alphabétique et analogique" célébrant la langue de Molière, une langue en mouvement.La langue, "je ne la bouscule pas, j'essaie de l'approfondir et d'essayer de voir derrière les choses que nous employons tous les jours les petits mystères cachés par des siècles et des siècles d'utilisation", expliquait-il en 2015 au micro d'Elise Lucet sur France 2. Ardent défenseur de l'évolution de la langue Dans les années 60, Alain Rey, linguiste et lexicographe, devient le rédacteur en chef des publications des éditions du célèbre dictionnaire Le Robert, dont le premier est paru en 1964. Y seront déclinés le Petit Robert (1967), le Micro Robert, le Petit Robert des noms propres (1974), le Dictionnaire des expressions et locutions (1979), le Grand Robert de la langue française en 9 volumes (1985), le Nouveau Petit Robert de la langue française (1993).Ardent défenseur de l'évolution de la langue, favorable à la féminisation des noms de métiers, il insistait sur la créolisation dont résulte le français (latin parlé, celte, germain) et sur l'apport constant d'éléments extérieurs (italien, espagnol, etc). Il avait ainsi dirigé un Dictionnaire historique de la langue française (1992). Lors de la réédition de ce dernier en 2015, il s'était montré farouchement opposé mais toujours avec humour, à ce qu'il appelait "l'invasion du californisme, version moderne de l'anglicisme!". Il y désossait par exemple les mots "spoiler" et "hashtag" et montrait leur origine latine ou française. Alain Rey, qui a publié par ailleurs des dizaines d'ouvrages, était également chroniqueur, à la radio (France Inter, de 1993 à 2006) et à la télévision (France 2), puis au Magazine Littéraire où il décryptait depuis des années un mot en lien avec l'actualité. En 2005, il avait été fait commandeur des Arts et des Lettres."Il n'a eu de cesse de représenter les enjeux, les richesses, mais aussi les mystères de la langue française. Toute sa vie, il prit plaisir à la raconter", soulignent dans un communiqué commun son épouse et les éditions Le Robert.