En cédant la présidence du Rassemblement national, Marine Le Pen veut parler à « tous les Français »

© Pascal GUYOT / AFP

« Je voudrais rassurer nos deux candidats j’en suis la preuve vivante, on survie à la présidence du RN », s’est amusée la présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale en ouverture de son discours de clôture du week-end de rentée du parti au Cap d’Agde. L’ex-candidate et finaliste à l’élection présidentielle a pris la parole dimanche, suivant les allocutions des deux prétendants à la présidence du parti Louis Aliot et Jordan Bardella . Louant leurs qualités, Marine le Pen a préféré laisser aux adhérents le choix de son successeur, pour s’adresser à « tous les français ».

« Ce n’est pas un abandon »

« J'ai décidé de me mettre en retrait de la présidence du parti. Ce n'est pas un abandon », a déclaré dimanche Marine Le Pen. « Je ne renonce pas au combat politique », précise-t-elle en affirmant désormais vouloir s’adresser « à tous les français ». La députée a expliqué vouloir « faire monter de nouveaux cadres » pour apporter « une dynamique nouvelle » au parti, saluant à grands coups la « vague patriote » intervenue en France à l’issue des élections législatives, et la montée des « mouvements populaires et nationaux (...) hier en Suède, demain l’Italie, après demain probablement les Pays-Bas ».

Lire aussi - Présidence du Rassemblement national : entre Jordan Bardella et Louis Aliot, le match est lancé

Avec 89 circonscriptions remportées aux élections législatives, Marine Le Pen a décrit « une révolution électorale de grande ampleur » et « la plus grande victoire que le mou...


Lire la suite sur LeJDD