Publicité

«La Cédéao est à la croisée des chemins», estime le président de sa Commission en pleine crise régionale

La session extraordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) s’est ouverte ce 8 février 2024 à Abuja. À l'ordre du jour, le retrait de la Cédéao formulé par le Burkina, le Mali et le Niger, trois pays qui ne sont pas représentés durant cette réunion. Les autres États membres discutent toutefois des conséquences de ce retrait de l'organisation sous-régionale, ainsi que de la situation politique en cours au Sénégal depuis le report de la présidentielle. Détails.

Avec notre correspondant à Abuja, Moïse Gomis

« La Cédéao est à la croisée des chemins. » Ce sont les mots choisis par le président de la Commission, Omar Alieu Touray, dans son introduction pour ouvrir cette session extraordinaire, ce 8 février 2024 au Nigeria. Et, selon lui, l'unité de l'organisation ouest-africaine se joue actuellement et en creux, peut-être, sa survie.

À lire aussiRéunion extraordinaire des ministres de la Cédéao pour évoquer les crises de la sous-région

Omar Alieu Touray a confirmé la réception par la Commission de la Cédéao des notifications officielles de retraits immédiats envoyées par le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Mais il a surtout estimé que les griefs et les reproches formulés dans ces notifications par ces trois États étaient injustes, « voire infondés sur certains points ».


Lire la suite sur RFI