Cécilia Sarkozy : ce qui l’a poussée malgré les doutes à rejoindre son mari à la Concorde le soir de sa victoire

Ce soir du 16 mai 2007, il faudra attendre plus de 23h pour voir apparaître le président élu et son épouse place de la Concorde. Sur scène, et alors qu'une foule enthousiaste exulte, le visage fermé de celle qui s'appelait encore Cécilia Sarkozy étonne. Si le couple tente de sauver les apparence, en coulisse rien ne vas plus entre Nicolas Sarkozy et sa femme depuis 10 ans. Dans son livre intitulé "Une envie de vérité" sorti en 2013, Cécilia confie qu'elle s'est sentie acculée, comme au bord d'un précipice. Y aller, ne pas y aller, jusqu'au dernier moment, la première dame hésite. Et il faudra toute la persuasion de sa fille Jeanne-Marie pour la convaincre de rejoindre son mari sur scène.

Robert Schneider, dans son ouvrage "Première dames" revient sur cette scène surréaliste et l'angoisse de Nicolas Sarkozy qui tente désespérément de joindre sa femme par téléphone. "Elle ne répond pas. On fait durer la fête au Fouquet's, on retarde la fête populaire place de la Concorde" rapporte l'écrivain, avant de rappeler le rôle capitale de la fille cadette de Cécilia, la seule capable de faire plier sa mère. "Maman, tu resteras en dehors après si tu veux, mais, là, tes enfants sont là, ton mari est là, et tu as fait tant de sacrifices que cette victoire, c'est un peu la tienne. Viens." la supplie la jeune femme, fruit de ses amours avec Jacques Martin, au téléphone.

Cécilia cède, à contre coeur. Mais le manège ne durera qu'un temps. Quelques mois plus tard, le 18 octobre, le couple annonce

Retrouvez cet article sur GALA

Cécilia Attias : cette phrase qui l’a poussée à quitter Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy : pourquoi Cécilia n’était pas libre de divorcer pendant le mandat de son mari
Nicolas Sarkozy : ce qu’il n’a pas digéré lors de son divorce avec Cécilia
Pour faire plaisir à Cécilia, Nicolas Sarkozy était prêt à tout
Cécilia Attias regrette la médiatisation de son couple avec Nicolas Sarkozy : "On a ouvert trop de portes"