Ce que Cécilia a imposé à Nicolas Sarkozy lors de son divorce

Jusqu’au bout Cécilia n’aura rien lâché. Alors que Nicolas Sarkozy poussait son chant du cygne pour la retenir à tout prix, sa femme s’était déjà décidée : en 2007, après onze années de mariage, le divorce – le premier divorce d’un président de la Vème République – était sans appel. Et, comme l’écrivent Patrice Duhamel et Jacques Santamaria dans L’Élysée : Histoire, secrets, mystères, l’ex-femme du chef d’État tenait à ce que le mot soit communiqué à tous : « Le 18 [octobre 2007, ndlr], l’Élysée rend public le divorce présidentiel, mais en deux temps, les anciens époux ne parvenant pas à un accord immédiat sur le contenu du communiqué. Le premier texte fait état d’une séparation par consentement mutuel. Cécilia impose que le mot divorce figure dans un second communiqué, publié par la présidence. »

Un désaccord qui peut s’expliquer par le déphasage complet de Nicolas Sarkozy. Un déphasage que l’ancien chef de l’UMP relate dans son dernier livre Passions : « Je n'avais rien anticipé. Je n'y avais rien compris. Je subissais sans pouvoir contrôler une situation, qui, chaque jour, devenait plus incompréhensible. » Pour Cécilia, en revanche, il s’agissait d’« être en accord avec [elle]-même ». Tant mieux si son divorce a permis de briser un tabou, tant pis si elle devait pâtir de la surmédiatisation stratégique de son ex-mari.

Si Cécilia n’avait pas eu le courage de quitter son mari, son quotidien aurait sans doute été bien morose. À l'image d'autres Premières dames qui ont souffert

Retrouvez cet article sur GALA

Michel Sardou, père absent ? "Cynthia a toujours eu très peu de contacts avec lui"
Emmanuel Macron droit dans ses bottes après ses propos controversés
Mort de Grégoire Hussenot à 29 ans : les causes de son décès révélées
VIDÉO - Anne Roumanoff émue : sa fille Marie lui fait une touchante déclaration
Patrick Sébastien : ce cadeau hilarant offert à François Hollande lors de l'affaire Gayet