Côte d'Ivoire: pour son dernier jour, le Femua se délocalise à Ferkessédougou

Direction la Cote d’Ivoire : après 5 soirées de concerts à Abidjan, le Femua s’est, comme chaque année, délocalisé pour la soirée de clôture ce dimanche. Direction le nord du pays pour cette 16e édition du festival des musiques urbaines d’Anoumabo crée et géré par les membres du groupe Magic System. Et c’est donc à Ferkessédougou dans la région du Tchologo que s’est tenue cette dernière soirée. Apporter de la joie mais aussi du développement en dehors de la capitale économique c’est l’un des enjeux de cette délocalisation. Précisions.

Avec notre envoyé spécial à Abidjan, Guillaume Thibault

Défi logistique et géographique. Une centaine de personnes, comprenant musiciens et équipe du festival, ont fait le déplacement à « Ferké ». Une région présidée par le ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara : « Il y a beaucoup de fierté d'accueillir le Femua. Ici, dans notre région, le Tchologo, nous sommes quand même confrontés au défi terroriste. Il faut donc donner de l'espérance à la jeunesse et nous pensons que c'est un festival qui au-delà de l'aspect festif est une tribune qui permet de sensibiliser. »

Pour Salif Traoré, Asalfo, Délégué général du Femua, le festival est essentiel pour mobiliser comme sur le thème de la santé mentale chez les jeunes pour cette 16e édition, mais cet évènement est aussi un véritable acteur du développement en région. « Un Femua dans une ville ou dans une région, ce sont des hôtels qui sont complets, ce sont des maquis qui bougent, ce sont des taxis qui roulent toute la nuit. Ce sont des retombées économiques pour ces populations. »


Lire la suite sur RFI