Célébrations du Débarquement : l’hommage aux SAS français parachutés en Bretagne

Le colonel Achille Muller et le président Emmanuel Macron lors de l'hommage des maquisards de Saint-Marcel, dans le Morbihan, le mercredi 5 juin 2024.  - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA / Jacques Witt/SIPA
Le colonel Achille Muller et le président Emmanuel Macron lors de l'hommage des maquisards de Saint-Marcel, dans le Morbihan, le mercredi 5 juin 2024. - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA / Jacques Witt/SIPA

« Notre grand-père Albert Colombani, 23 ans à l'époque, et son petit frère Étienne, 20 ans, ont quitté Tahiti en 1943 pour rejoindre l'Angleterre, puis Glasgow, pour s'engager dans les SAS français. Ils ont été largués sur la Bretagne le 12 juin 1944. » Ils s'appellent Frédéric – 46 ans, employé dans l'aviation – et Heidari – son cousin de 44 ans, policier. Ils sont venus spécialement de Tahiti pour faire le pèlerinage à Saint-Marcel et Plumelec, dans le Morbihan, où eurent lieu de violents combats entre parachutistes français, maquisards et troupes allemandes, dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 et les jours suivants.

« Notre grand-mère, Vanité, 94 ans, nous a convaincus de venir ici pour rendre hommage à son mari et à notre grand-père, poursuivent Frédéric et Heitari. Lui et son frère avaient mis deux mois pour rejoindre Londres, et nous seulement vingt-quatre heures de vol pour venir ici, en Bretagne. Pour nous, c'est une fierté d'être ici. »

À LIRE AUSSI Ces Français oubliés qui furent à l'avant-garde du D-Day

D'autres enfants de SAS sont venus des quatre coins de France pour saluer la mémoire de leurs aînés, ce mercredi 5 juin. Tous réunis au Moulin de la Grée, à Plumelec, pour célébrer, en présence d'Emmanuel Macron, le 80e anniversaire du débarquement des parachutistes SAS français sur les Côtes du Nord (aujourd'hui Côtes-d'Armor) et le Morbihan, quelques heures avant le D-Day. Ils seront plus de 400 à rejoindre les maquisards bretons, à les armer et à le [...] Lire la suite