Bygmalion : le talon d'Achille de François Fillon et les lunettes de Robert Bourgi

France 2
·1 min de lecture

"Il n'a jamais eu la délicatesse de me dire 'Tiens, aujourd'hui, je t'offre le café', jamais !" s'indigne son "ami" Robert Bourgi dans un document de "Complément d'enquête" sur "Le secret qui a fait exploser la droite". Ce proche de Nicolas Sarkozy est celui qui a offert des costumes le luxe à François Fillon. Avec les conséquences que l'on sait. L'affaire, révélée par le JDD, s'ajoutera au "Penelopegate" et coûtera peut-être la victoire au candidat de la droite dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle de 2017.

Dans cet extrait, Robert Bourgi raconte leur rendez-vous au Ritz, "le lendemain même" du discours de François Fillon à Sablé-sur-Sarthe. Sa flèche meurtrière contre Nicolas Sarkozy, rattrapé par l'affaire Bygmalion ("Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?") a mis Robert Bourgi dans "une grosse colère". Après avoir sermonné le coupable ("Franchement, c'est pas sympa pour Sarko"), l'avocat d'affaires oriente la conversation sur la primaire. François Fillon se dit sûr de la remporter. Le pari est lancé ("Si tu gagnes, je t'offre les costumes !" raconte Robert Bourgi)... et le piège est tendu.

"J'avais de belles lunettes de soleil, magnifiques. Je les avais sur moi, il me les a piquées ! Je vous assure !"

Pas avare d'anecdotes piquantes, l’avocat d’affaires raconte aussi un épisode dont il ne s'est visiblement pas remis : "Un jour, [François Fillon] me dit 'Si on buvait un pot au Flandrin ?' C'est à 30 mètres de chez moi. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi