“Buzz l’Éclair” de Pixar censuré dans plusieurs pays à cause d’un baiser lesbien

Capture d’écran de la bande-annonce YouTube/Pixar/Disney.

Disney a bien du mal avec la censure des pays du Golfe persique. Comme le révèle The Hollywood Reporter, Buzz l’éclair, le nouveau film d’animation des studios Pixar (qui sortira en France le 22 juin), “a été interdit dans de nombreux pays du Moyen-Orient, notamment en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis”. En cause, selon l’hebdomadaire californien, parution de référence de l’industrie hollywoodienne : un baiser échangé entre deux des personnages féminins.

Des interdictions en série

Le Koweït et la Malaisie, un pays d’Asie à majorité musulmane, ont également banni Buzz l’Éclair de leurs écrans, pour les mêmes motifs, précise par ailleurs Variety, autre publication américaine spécialisée.

“Le film rejoint Doctor Strange in the Multiverse of Madness [Marvel studios], West Side Story [20th Century Studios] et Les Éternels [Marvel Studios] sur la liste, de plus en plus longue, de films Disney que retoquent les censeurs du Golfe parce qu’ils comportent des scènes LGBT”, relève encore The Hollywood Reporter.

Un baiser à multiples rebondissements

La scène de baiser lesbien qui vaut des déboires à Disney dans les pays du Golfe avait déjà fait couler de l’encre aux États-Unis. Initialement coupée “lors du processus créatif”, elle a été réintroduite après que des employés de Pixar ont accusé leur employeur de vouloir “réduire en miettes” les efforts fournis pour améliorer la représentation à l’écran de la communauté LGBTQ, rapportait en mars, dans un autre article, The Hollywood Reporter.

À cette période, le groupe Disney était secoué par de vives tensions, de nombreux salariés ayant dénoncé le silence de leur direction alors que la Floride s’apprêtait à adopter la loi surnommée “Don’t Say Gay” [“Ne dites pas gay”]. Jugée homophobe, celle-ci interdit l’enseignement sur l’identité de genre et l’orientation sexuelle à l’école.

Disney avait fini par réintroduire la scène de baiser incriminée et par prendre position contre la loi “Don’t Say Gay” – ce qui lui a valu, en représailles de la part du gouvernement conservateur de Floride, de perdre le statut favorable dont il jouissait dans la région d’Orlando, siège de ses tentaculaires parcs d’attractions.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles