« Buzz l’éclair » : un Pixar à deux de tension

Buzz l'éclair, d'Angus MacLane.
Buzz l'éclair, d'Angus MacLane.

Un carton d'introduction nous informe que Buzz l'éclair (le film) existe vraiment dans l'univers d'Andy David, le jeune héros du tout premier Toy Story (sorti en… 1995). Fan des aventures de Buzz l'éclair au cinéma, Andy s'est pris de passion pour son héros astronaute kitsch et s'est procuré sa figurine-jouet : voici donc le film qui a tout déclenché et que nous, spectateurs, nous apprêtons à découvrir.

Tel est le concept absurde servant de base au 26e long métrage des studios Pixar. Absurde parce qu'on cherchera d'abord en vain l'intérêt d'une telle idée en soi. Mais surtout, jamais les auteurs de ce rutilant mais vain voyage dans l'espace-temps ne font le moindre effort pour jouer avec le statut de vieillerie de Buzz l'éclair, film supposément issu du milieu des années 1990, si l'on suit bien le raisonnement des scénaristes. Des dialogues au script, en passant par sa direction artistique, ses gags et ses clins d'œil à la pop culture, rien, absolument RIEN n'indique une quelconque appartenance du spectacle à la décennie en question. Buzz l'éclair reste bel et bien un produit des années 2020 et, si ce détail peut paraître anecdotique, il ne cesse de parasiter à bas bruit notre réception de l'expérience. Instinctivement, nous sentons que dès le début de cette affaire, les boulons sont mal vissés.

À LIRE AUSSIDisney : « Nous devons poursuivre sans peur notre politique inclusive »

Nos paupières sont lourdes…

Cette incohérence conceptuelle passerait encore si Buzz [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles