Buttes-Chaumont: comment les enquêteurs ont remonté la piste du mari de la femme retrouvée démembrée

Un policier municipal dans le parc des Buttes-Chaumont à Paris, où une partie du corps d'une femme a été trouvé dans un sac, le 13 février 2022 - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP
Un policier municipal dans le parc des Buttes-Chaumont à Paris, où une partie du corps d'une femme a été trouvé dans un sac, le 13 février 2022 - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP

Le mari d'Assia M.B., dont le corps a été retrouvé démembré au parc des Buttes-Chaumont dans le 19e arrondissement de Paris le 13 février dernier, a été mis en examen et incarcéré pour meurtre sur conjoint ce samedi. Il est passé aux aveux ce vendredi, après quarante-huit heures de garde à vue.

Youcef M. était dans le collimateur des enquêteurs de la brigade criminelle depuis plusieurs jours car ces derniers avaient noté de nombreuses incohérences dans son récit.

Six jours pour alerter la police

Le mis en examen avait, en effet, déclaré la disparition de sa femme sur les réseaux sociaux le 31 janvier. Pourtant, il a ensuite mis six jours indiquer à la police cette disparition inquiétante.

L'homme a déclaré aux enquêteurs que sa conjointe était partie à une date précise, or la résidence dans laquelle ils vivent à Montreuil, en banlieue parisienne, est équipée de caméras de vidéosurveillance qui n'ont jamais filmé cette femme de 46 ans quitter les lieux.

En outre, il a dit aux policiers qu'il avait cherché sa compagne dans plusieurs endroits de Paris, ce qui s'est révélé être faux.

"Le sentiment que je vais mourir prochainement"

Après l'identification du corps de femme retrouvé dans le parc et le début de l'enquête, les policiers ont découvert que le mari d'Assia M.B. avait acheté un téléphone tout neuf la veille de la disparition de sa femme sans que cet appareil ne soit jamais retrouvé.

Durant l'enquête, les policiers ont également interrogé l'entourage très proche de la victime, notamment sa sœur qui leur a confié que deux jours avant la disparition, Assia M.B. avait affirmé qu'elle avait le "sentiment (qu'elle allait) mourir prochainement".

Tous ces éléments ont ainsi mis rapidement les enquêteurs sur la piste du mari, qui ont décidé de le placer en garde à vue au moment opportun. Face aux faits, Youcef M. est passé aux aveux.

Selon l'avocate de ce dernier, il serait "effondré" et n'aurait "jamais voulu donner la mort" à son épouse. "Il était dans l’incapacité de pouvoir dire à ses enfants qu'il était responsable du décès de leur mère", a-t-elle expliqué à BFMTV.

Article original publié sur BFMTV.com