"Le but n'est pas de se confronter, mais d'apprendre à se connaître" : des bénévoles défenseurs des loups aux côtés des bergers pour surveiller les troupeaux

franceinfo
·2 min de lecture

Sous les sapins dans une pente abrupte, un troupeau de près de 1 200 brebis profite de l'herbe grasse de la montagne, sur les hauteurs de Prads, à 1 800 mètres d'altitude, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Pour les guider, un chien et deux jeunes bergers : Paul et Marianne. "Actuellement on les mène jusqu'aux crêtes et puis on fait un tour et on redescend le soir", explique Marianne."On leur fait des petits circuits de pâturage, continue Paul. On va chercher l'herbe et puis on se met à des endroits où elles aiment bien rester manger." Et à chaque pas, il faut être vigilant car le loup n'est pas loin.

Quand tu gardes (les brebis) la journée et que tu ne dors pas la nuit, tu ne t'en sors pas.

Paul, berger

à franceinfo

Il y a quinze jours, un petit groupe de brebis a été attaqué dans la vallée et Marianne en a même vu deux, tout près du troupeau. "Ils se baladaient comme ça, ils avaient l'air assez jeunes mais pas petits, se souvient-elle. C'est vraiment impressionnant".

Il faut donc surveiller le troupeau tout le temps et c'est loin d'être facile. "On a des potes qui ont passé des semaines où ils se faisaient attaquer par le loup à ne pas dormir", raconte Paul.

La nuit, un bénévole prend le relais

Mais grâce au programme d'écocitoyenneté "Pastoraloup", mis en place par l'association "Férus" il y a 20 ans, Paul et Marianne peuvent désormais dormir tranquilles. Les deux bergers (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi