“Le but avec elle, c’était de foutre le bordel” : Ségolène Royal se fait tacler avant sa première dans TPMP

Elle est l'une des recrues phares de Cyril Hanouna. Ce jeudi 14 septembre, Ségolène Royal fera sa rentrée en tant qu'intervenante sur le plateau de TPMP. Il y a quelques mois, l'ancienne candidate à l'élection présidentielle s'était confiée sur le rôle qui allait être le sien. "Je ne serai pas chroniqueuse, comme j’ai pu le lire. J’interviendrai dans une séquence intitulée 'Ségolène explique'. Je donnerai des clés pour comprendre l’actualité, accompagner les gens dans leurs réflexions. J’expliquerai par exemple ce qu’est un 49.3, comment se fixe le prix de l’électricité, quel est le statut de la police, etc. L’auditoire populaire a le droit de comprendre !", avait-elle confié au Parisien.

À lire également

Arafat L’Insaisissable (Planète+) : "On voit la transformation d’un terroriste en diplomate"

Quand à ceux qui ne comprennent pas ce choix de Ségolène Royal, l'ancienne ministre de l'Environnement a tenu à leur répondre. "Fidèle à mon idéale politique, je considère que les gens, quel que soit leur niveau scolaire, leurs formations, ou leurs diplômes, sont intelligents, et sont les meilleurs experts de ce qui les concernent. Et qu’ils ont le droit de comprendre, au nom de quels principes sont prises des décisions. Je parle aux gens moi. Aucun public ne mérite d'être méprisé. Aucun public. La politique c'est parler aux gens aussi", avait-elle lâché sur Franceinfo. À la veille de sa première dans TPMP, Le Parisien s'est penché sur l'ambition de la femme politique. Le quotidien a notamment recueilli les propos de différents dirigeants politiques, qui ne se sont pas montrés très tendre vis à vis de leur collègue. "Le problème avec Ségolène, c’est qu’elle ose tout et que personne ne la contrôle, pas plus moi que Mélenchon", aurait confié Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti Socialiste, après un déjeuner avec Ségolène Royal.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi