Le business de l’intérim médical

Ilan Deutsch

Médecins et infirmières peuvent doubler, voire tripler leurs revenus en optant pour ce type de contrat. Un symptôme de plus du malaise dans les hôpitaux.

« Si je dis oui, en trois gardes, je gagne… mon salaire du mois », glisse avec amertume un médecin anesthésiste, titulaire à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Comme ses collègues, plusieurs fois par jour, par e-mail ou SMS, il reçoit des propositions d’intérim : 1 800 euros net pour vingt-quatre heures de travail à Épinal ou 1 500 euros pour une journée en maternité à Valence. Mais la palme revient à cette annonce mirobolante de l’hôpital de Bourges : des « tarifs négociables » pour cet été ! Même chose pour un centre d’Ille-et-Vilaine. À l’AP-HP, la garde d’anesthésie est payée entre 320 et 470 euros brut selon le grade.

L’hôpital public souffre, et le manque cruel de personnel n’est qu’un symptôme de la crise actuelle. Dans un numéro de méthode Coué, jeudi dernier au congrès Urgences 2022, la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, a pourtant estimé que les carottes n’étaient pas cuites : « Je n’accepterai ni l’instrumentalisation politique ni que l’on fasse croire aux Français que, partout, le système s’effondre. » Parler de la dure réalité reviendrait à décourager les futures recrues !
L’intérim connaît une flambée, même si la situation, notamment celle des infirmières titulaires, a commencé à sérieusement se dégrader en 2016.

À cette date, la direction générale de l’AP-HP instaurait une réorganisation du temps de travail, signant le début d’une vague de départs. « Avant, on travaillait de jour, d’après-midi ou de nuit, explique une infirmière. Depuis cette réforme, avec les aides-soignantes, nous devons changer tous les quinze jours et les gens sont partis. Comment s’organiser avec des enfants ? Va trouver une nounou qui te prend tes gamins toutes les deux semaines à 5 heures du matin ou à(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles