Un bus de touristes tunisiens tombe dans un ravin : au moins 24 morts

Au total, 43 personnes se trouvaient à bord du bus, qui est "tombé dans un ravin après avoir franchi une barrière en fer". Les victimes, qui sont toutes de nationalité tunisienne, ont entre 20 et 30 ans. Les 18 blessés ont été transférés dans des hôpitaux de la zone, selon la même source.

Au moins 24 jeunes adultes ont été tués dimanche dans un accident de bus qui a également fait 18 blessés, dans une région du nord-ouest de la Tunisie prisée pour ses montagnes mais où les infrastructures sont jugées déficientes. Un premier bilan du ministère de l'Intérieur a fait état de 22 morts et 21 blessés. Contacté par l'AFP, le ministère de la Santé a précisé plus tard dans la journée que le bilan était désormais de 24 morts et 18 blessés. Toutes les victimes sont de nationalité tunisienne. Les circonstances exactes ne sont pas encore connues, mais de premières images de l'accident et son lourd bilan ont suscité l'effroi et des critiques sur les réseaux sociaux à l'égard du gouvernement.

En provenance de Tunis et à destination d'Aïn Draham, le bus appartenant à une agence de voyage locale est sorti de la route dans la région d'Aïn Snoussi, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Les victimes, qui sont toutes de nationalité tunisienne, ont entre 20 et 30 ans, a-t-on appris auprès des ministères de la Santé et du Tourisme. Au total, 43 personnes se trouvaient à bord du bus, qui est "tombé dans un ravin après avoir franchi une barrière en fer", selon un communiqué du ministère de l'Intérieur publié sur sa page Facebook. L'ensemble des blessés ont été transférés dans des hôpitaux de la zone, selon la même source.

Fauteuils et affaires éparpillés

Des images de l'accident ont été publiées sur des sites internet de radios privées et ont aussi été largement partagées sur les réseaux sociaux. Elles montrent des cadavres jonchant le sol et un bus déchiqueté. Sur d'autres, on voit des corps de jeunes portant vêtements de sports et baskets. Arrivée sur place en milieu d'après-midi, une équipe de l'AFP a elle-même a vu des(...)


Lire la suite sur Paris Match