Burundi: le président Evariste Ndayishimiye s’en prend aux juges de son pays, qui lui répondent

·1 min de lecture

Le président du Burundi, Evariste Ndayishimiye a réuni mardi à Bujumbura des représentants de la magistrature. Il en a profité pour dénoncer très fortement, selon lui, « la corruption » qui gangrène la justice burundaise qui fait « honte » et qu’il accuse d’être à l’origine de tous les maux du pays. Plusieurs magistrats ont pris la parole pour tenter de se justifier et l'un d'entre eux a marqué les esprits.

Lors de son discours, le président burundais n’a pas mâché ses mots. Face aux représentants de la magistrature, le chef de l’État burundais a critiqué la justice, estimant que ses représentants trouvaient « des stratagèmes pour dépouiller de leur argent » les investisseurs. Il a également clamé qu’ « aucun développement n’est possible dans un pays sans justice ».

La contre-attaque du juge du TGI de Rumonge

Plusieurs magistrats ont ensuite pris la parole pour tenter de se justifier, mais un juge de province a marqué les esprits. Jérôme Mbonimpa, juge au Tribunal de grande instance de Rumonge, dans le sud-est du Burundi, ne nie pas la corruption dans son corps, mais il a pointé le manque d’indépendance et la main invisible de hauts responsables.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles