Burundi: le président appelle au calme face à la flambée des prix

Alors que la colère monte au Burundi face à l'augmentation du prix des carburants, le président burundais Évariste Ndayishimiye a appelé ses compatriotes au calme, jeudi 28 avril, en invoquant « une épreuve » de Dieu.

Après une première augmentation du prix du carburant de 12,5% pour l'essence et le mazout en janvier dernier, le gouvernement burundais a augmenté ces mêmes produits de respectivement 20 et 30%, jeudi 28 avril. Et ce alors que le pays est au bord de la panne sèche, les pétroliers refusant depuis plus d'un mois d'importer ces produits qu'ils jugent à perte.

Cette grave pénurie d'essence, couplée à une interdiction récente des motos, vélos et tuk-tuks, taxis ou privés, avaient pratiquement paralysé l'économie et le pays, et suscité un mécontentement populaire qui ne se cache plus. Lors de la prière mensuelle au siège national du parti au pouvoir, le président Évariste Ndayishimiye a appelé la population au calme.

« Le pays traversait déjà une période difficile après avoir subi pendant des années des sanctions budgétaires, et nous vivons aujourd'hui une grave pénurie d'essence. On voit que les Burundais restent calmes en se disant que tout orage a une fin. Nous sommes en train de chercher des solutions. Ça va s'améliorer d'ici peu, vous verrez, parce que nous y travaillons.

(...)

Les prix ont augmenté également chez nos voisins et ailleurs. Et ce sont nous, les pauvres, qui sommes enclavés en plus, qui allons nous plaindre et nous donner en spectacle ? Vous savez, Dieu va toujours nous laisser affronter des épreuves de toute sorte, pour voir jusqu'où va notre foi. Le problème est qu'on a l'impression que le ciel nous tombe sur la tête au moindre problème. Mais souvenez-vous que ce pays a déjà traversé le pire, et qu'on s'en est sorti à chaque fois. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles