Burundi : «Le pouvoir qui peut faire disparaître n’importe qui»

Libération.fr
Le 22 juin 2015, des étudiants de l'université du Burundi, exclus de leur campus après s'être opposé à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, réélu depuis.

Arrestations, chantage, disparitions. Face aux méthodes du pouvoir, les étudiants burundais n’ont d’autres choix que souplesse et discipline.

Le climat politique et social burundais est à la peur. Depuis sa réélection contestée en juillet 2015 pour un troisième mandat, le président Pierre Nkurunziza ne tolère plus la moindre contestation. Les arrestations arbitraires et disparitions d’opposants se sont multipliées. La répression a fait plus de 2 000 morts et plus de 400 000 Burundais et près de 2 000 militaires ont fui le pays selon un récent rapport de l’International Crisis Group. Depuis octobre 2016, l’ONU estime à 200 le nombre de disparitions.

Dans ce climat de tension généralisée, les étudiants burundais n’échappent pas à l’intransigeance des autorités. Après un mois de mobilisation, ils se résignent à «regagner les amphis, en espérant que les autorités arrêteront les sanctions et privilégieront la voix du dialogue», a indiqué mardi un de leurs représentants joint par Libération. Une décision qui met fin à un mois de grève contre le décret présidentiel réorganisant le système des bourses universitaires et des stages.

Une bourse changée en prêt

Jusqu’à présent les étudiants bénéficient sans condition d’une bourse d’études mensuelle de 30 000 francs burundais (moins de 17 euros). Le texte signé le 1er février 2017 par Pierre Nkurunziza prévoit de réformer cette aide publique en un prêt remboursable en fin d’études. «Cette nouvelle politique de prêt-bourse concrétise une volonté exprimée lors des Etats généraux de l’éducation en décembre 2014, explique Jean-Claude Karerwa Ndenzako, porte-parole du chef de l’Etat. Les étudiants vont désormais bénéficier d’un prêt qui évoluera en fonction du coût de la vie.»

Créée en 1964, l’université du Burundi compte actuellement plus de 14 000 étudiants pour une capacité d’accueil d’environ 4 000 places. Une explosion du nombre d’inscriptions qui rend nécessaire une réforme du système de financement et d’attribution des bourses. Le (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Appels anti-FN, hommage, incident entre Israël et l'Allemagne, jury de Cannes... l'actualité du jour
Irak: l’EI «exécute» au moins 15 civils à Mossoul
La Turquie bombarde des forces turques en Irak et Syrie
Raids turcs en Syrie et en Irak: plus de 20 combattants kurdes tués
A Mossoul, une clinique pour les blessés fuyant les jihadistes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages