Burundi: dans sa campagne «10 jours pour signer» Amnesty appelle à la libération de Germain Rukuki

·1 min de lecture

Lors du lancement de sa campagne « 10 jours pour signer », Amnesty International met en lumière, cette année, le cas de Germain Rukuki, militant des droits de l’homme au Burundi arrêté en juillet 2017.

Chaque année, l’ONG de défense des droits de l’homme appelle à soutenir par un message, une lettre ou encore un tweet par exemple, les droits de dix personnes dans le monde. Cette année, Amnesty International revient sur le cas de Germain Rukuki, militant des droits de l’homme au Burundi, en prison depuis trois ans. Il purge une peine de 32 ans de prison après avoir été déclaré coupable de « rébellion », d’« atteinte à la sûreté de l’État », de « participation à un mouvement insurrectionnel » et « d’atteinte à l’autorité de l’État ».