"Burn after Writing" : le néo-journal intime que les "Millenials" s’arrachent

·1 min de lecture

Au croisement du journal intime et du manuel de développement personnel, "Burn After Writing", de la britannique Sharon Jones, caracole en tête des ventes françaises depuis sa sortie le 4 mars. Quête de soi à travers l'écriture manuscrite, cet objet littéraire hybride est une promesse de confession intime qui se découvre pourtant... sur les réseaux sociaux.

Quel est votre plus grand secret ? À quand remonte votre dernière " première fois " ? Que regrettez-vous, que vous reste-t-il de votre passé ? À quoi pensez-vous avant de dormir ? Et si vous ne savez pas répondre, seriez-vous tenté par un objet qui vous aide dans ces réflexions ?À cette dernière question, nombreux sont ceux qui répondent par l’affirmative, si l’on en juge par le succès de Burn after Writing objet littéraire hybride qui se propose de faire " avancer [son lecteur] dans la découverte de [lui]-même ". À mi-chemin entre journal intime, cahier de vacances et manuel de développement personnel, le livre, sorti en France le 4 mars sous son titre originel aux éditions Contre-Dires, bat des records de vente ; Edistat, les statistiques des ventes de livre en France, le plaçaient 6ème meilleure vente toutes catégories confondues, et en tête de la catégorie Essais la semaine du 29 mars au 4 avril.Ce n’est pourtant pas un livre à proprement parler, encore moins un essai. Un " carnet " tout au plus : à écrire plutôt qu’à lire, qui rappelle un peu L’Agenda de l’apprenti écrivain (en 2005, Bronn et Susie...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Du journal "Le Monde" aux "Échos" : au secours, les américanolâtres sont de retour !

Affaire Delphine Jubillar : un journal du Tarn victime de deux étranges cyberattaques

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Quand la République condamnait un journal pour une caricature religieuse

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex