Burkinis à Grenoble : l'opposition municipale porte plainte contre Éric Piolle

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'opposition municipale de Grenoble a indiqué vendredi avoir déposé plainte contre le maire écologiste de la ville Éric Piolle , la politique vestimentaire dans les piscines municipales contredisant selon elle la décision récente du Conseil d'Etat interdisant le port du burkini . "Il appartient à tout organisme public d'assurer la neutralité du service public", a déclaré à l'AFP Alain Carignon, ancien maire et président du groupe d'opposition municipale "société civile, divers droite, centre".

Contre la décision du Conseil d'État

Selon lui, "Éric Piolle contrevient à la décision de la plus haute juridiction administrative française" en ayant "expressément autorisé l'intrusion dans la piscine de Grenoble de femmes en burkini", le 28 juillet dernier. Le maire estime au contraire que les entrées autorisées dans les piscines municipales - ce jour-là en particulier - sont conformes à la décision du conseil d'Etat interdisant les combinaisons féminines destinées aux musulmanes orthodoxes -avec jupette- mais pas les combinaisons ajustées au corps.

>> LIRE AUSSIPort du burkini à la piscine : qu'en pensent les musulmanes de Grenoble ?

 

L'entrée de trois femmes en tenue couvrante ajustées dans la piscine Jean-Bron avait suscité un tollé de l'opposition municipale fin juillet, avec des flots de réactions sur les réseaux sociaux. À l'époque, la mairie avait cependant affirmé que tout était fait en respect des décisions du tribunal administratif et du Conseil d'État concernant l...


Lire la suite sur Europe1