Burkini à la piscine: l'opposition grenobloise dépose un recours

Une baigneuse en burkini sur la plage de Carras, à Nice, le 26 août 2016 - Jean-Christophe MAGNENET © 2019 AFP
Une baigneuse en burkini sur la plage de Carras, à Nice, le 26 août 2016 - Jean-Christophe MAGNENET © 2019 AFP

À peine adopté, le controversé nouveau règlement intérieur des piscines municipales de Grenoble, qui autorise désormais le burkini, fait l'objet d'un recours en justice déposé ce mardi par l'opposition au conseil municipal.

Le recours a été déposé en urgence auprès du tribunal administratif de Grenoble mardi après-midi afin d'obtenir la suspension de la délibération adoptée la veille au soir par le conseil municipal, a indiqué à la presse l'ancien maire de droite et chef de file de l'opposition, Alain Carignon.

Adopté à une courte majorité sous l'impulsion du maire écologiste Eric Piolle, le nouveau règlement intérieur des piscines prévoit que la longueur des maillots ne sera plus limitée, ce qui se traduira de fait par l'autorisation du burkini mais aussi de la baignade seins nus pour les femmes et du maillot anti-UV pour tous.

876450610001_6306309466112

Eric Piolle visé par un flot de critiques

Cette disposition est très controversée y compris au sein de la majorité municipale dont une partie a voté contre le texte. Elle a valu ces dernières semaines une pluie de critiques à Eric Piolle, qui estime de son côté que le burkini est un "non-sujet" et n'a pas lieu d'être interdit dans les piscines.

"Nous appelons la justice à se prononcer sur le fond du dossier", a expliqué pour sa part Alain Carignon, qui à l'issue du vote a dénoncé un "jour sombre pour Grenoble".

Le nouveau règlement "remet en cause le vivre-ensemble, il fait reculer la cause des femmes et elle est une ouverture à l'islamisme politique que nous récusons", a-t-il souligné, estimant qu'Eric Piolle "n'était pas légitime pour prendre une telle décision parce qu'il est minoritaire dans son conseil municipal et probablement dans la ville".

"Inacceptable", selon Gérald Darmanin

Le référé en urgence vise à empêcher son application prévue à la date du 1er juin, a expliqué l'avocat publiciste en charge du dossier, Me Thierry Aldeguer. L'ouverture estivale des piscines municipales de Grenoble est quant à elle prévue du 13 juin au 30 août.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué mardi avoir "donné instruction au préfet de déférer en 'déféré laïcité' la délibération permettant le port du 'Burkini' et, le cas échéant, d'en demander le retrait". "M. Piolle, soutien de M. Mélenchon, joue l'inacceptable provocation communautaire, contraire à nos valeurs", a tweeté le ministre.

Le préfet de l'Isère avait déjà fait savoir dimanche soir, avant la délibération du conseil municipal, qu'il saisirait le tribunal administratif de Grenoble pour bloquer la mesure, sur instruction de Gérald Darmanin.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles