Burkina: un parti politique pour soutenir la candidature de Kadré D. Ouedraogo

Depuis l’annonce de sa candidature et les dissensions que cela a engendré au sein du CDP, l’ex-parti au pouvoir, les sympathisants de Kadré Desiré Ouedaogo ont décidé de mettre sur pied un nouveau parti politique en vue de la prochaine présidentielle.

Selon le président de cette formation politique, la naissance de ce parti traduit le souhait de l’ex-président de la commission de la Cédéao, dès l’annonce de sa candidature en février 2019, de bénéficier du soutien de tous les Burkinabè, au-delà des clivages politiques ou associatifs.

Car c’est une coalition d’associations et d’un parti politique qui a donné naissance à cette nouvelle formation politique. Et les responsables ne le cachent pas. Le mouvement « Agir ensemble pour le Burkina » a été mis en place pour soutenir la candidature de Kadré Desiré Ouedraogo à la présidentielle de 2020.

« Son invite principale a été de trouver une forme organisationnelle la plus adaptée et la mieux élaborée pour le soutenir davantage dans la conquête du pouvoir », a expliqué selon Aboubacar Diallo, le président de ce parti.

« Il y aura donc aussi une coalition d’associations, d’organisations de la société civile. Donc c’est sur la plateforme du mouvement associatif qui le soutient et sur la plateforme de la coalition du parti politique qui le soutient, c’est sur ces deux aspects qu’il va travailler. Nous, en tant que parti, nous avons choisi notre candidat. »

Les responsables de ce nouveau parti se rangent du côté de l’opposition politique. Pour eux il est hors de question de s’allier au pouvoir dont la gestion du pays est loin de satisfaire les Burkinabè selon Aboubacar Diallo.

« Nous nous réclamons de l’opposition. La responsabilité aujourd’hui du MPP [Le Mouvement du progrès pour le peuple, parti au pouvoir] face à la dégradation de la situation, elle est claire, elle est nette. Nous ne voyons pas de perspective d’amélioration de la bonne gouvernance dans ce pays, par le MPP. »

Les militants de ce nouveau parti assurent que leur attachement à Kadré Desiré Ouedraogo n’est ni « honorifique », encore moins « messianique »