Burkina : les fausses notes de la rencontre des présidents

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Au Palais de Kosyam, siège de la présidence du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba est entouré des ex-présidents Jean-Baptiste Ouédraogo et Blaise Compaoré. Ont manqué à cette première rencontre trois ex-présidents.   - Credit:OLYMPIA DE MAISMONT / AFP
Au Palais de Kosyam, siège de la présidence du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba est entouré des ex-présidents Jean-Baptiste Ouédraogo et Blaise Compaoré. Ont manqué à cette première rencontre trois ex-présidents. - Credit:OLYMPIA DE MAISMONT / AFP

En conviant ses prédécesseurs au palais de Kosyam pour « une rencontre de haut niveau autour des questions liées à l'intérêt supérieur de la nation » dans un but de « réconciliation nationale » dans un contexte de crise sécuritaire, le président Paul-Henri Sandaogo Damiba n'avait certainement pas envisagé ce format marqué par l'absence de trois anciens chefs d'État sur les cinq invités qu'étaient Michel Kafando, Blaise Compaoré, Jean-Baptiste Ouédraogo, Yacouba Isaac Zida et Roch Marc Christian Kaboré. En effet, seuls Blaise Compaoré et Jean-Baptiste Ouédraogo ont répondu présents.

Officiellement, Yacouba Isaac Zida, qui réside au Canada, n'a pu se soustraire aux contraintes administratives qui s'imposent à lui, tandis que Michel Kafando a avancé des raisons de santé tout en envoyant « un message de soutien à l'initiative », si l'on en croit une note de la présidence. Roch Marc Christian Kaboré, lui, n'a pu rejoindre le lieu du rendez-vous parce qu'« empêché de quitter son domicile » par un groupe de sympathisants et militants du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), son parti. En effet, au moment où s'est tenue la rencontre prévue à la présidence, à quelque 5 kilomètres de là, son domicile a été le théâtre de la mobilisation d'une foule de plusieurs dizaines de personnes. Un couac certain sur le chemin de la « réconciliation nationale » dans la mouture souhaitée par les autorités actuellement au pouvoir à Ouagadougou.

À LIRE AUSSIBurkina : retour contr [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles