Burkina Faso: des soldats maliens et des mercenaires russes de Wagner sont arrivés à Ouagadougou

La situation est confuse au Burkina depuis l'attaque de Mansila, le 11 juin, au cours de laquelle plus d'une centaine de soldats burkinabè ont été tués et certains pris en otage par les jihadistes du Jnim. Après ce massacre, au sujet duquel les autorités de transition burkinabè n'ont à ce jour fait aucune déclaration, un mouvement de grogne s'est exprimé au sein d'une partie de l'armée. Mercredi dernier, un obus a été tiré sur le siège de la télévision nationale et dont l'origine demeure mystérieuse. Le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, s'est brièvement montré dimanche à l'occasion de la Tabaski, sans s'exprimer. Ce qui ne fait qu'alimenter les interrogations sur sa situation. Dans ce contexte, selon nos informations, des soldats ont été transportés du Mali vers Ouagadougou.

Les applications de suivi aérien montrent qu'un appareil affrété par la compagnie russe Abakan Air a fait à quatre reprises le trajet de Gao, dans le nord du Mali, à Ouagadougou, entre samedi et lundi. Précisément un Iliouchine (II-76), un avion de transport militaire capable d'accueillir un grand nombre d'hommes et d'importantes quantités de matériel.

Le même appareil a ensuite fait plusieurs rotations entre Bamako et Ouagadougou, lundi et hier mardi.

Leur mission : appuyer le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, dont le pouvoir est présenté comme « vacillant ».

S'agit-il de le protéger d'une mutinerie, voire d'une éventuelle tentative de coup d'État, afin de le maintenir au pouvoir ? Ou d'éviter tout débordement jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée pour une forme de « rectification de la transition » burkinabè ?


Lire la suite sur RFI