Burkina Faso: le président Kaboré reçoit le nouveau chef de file de l’opposition

·2 min de lecture

Une semaine après son installation, le nouveau chef de file de l’opposition a rencontré le président du Faso. Eddie Komboïgo, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès, parti créé par l’ex-président Blaise Compaoré, est allé discuter vendredi 12 mars avec le chef de l’Etat des grands sujets qui font l’actualité dans son pays : la lutte contre le terrorisme, le processus de réconciliation nationale le chef de file demande des actes forts et une clarification de l’option choisie.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Pendant plus d’une heure, le chef de l’État et le nouveau chef de file de l’opposition ont échangé sur plusieurs sujets.

Il s’agissait d’abord pour Eddie Komboïgo de mieux comprendre la vision du président Rock Marc Christian Kaboré sur la réconciliation nationale.

« Nous avons pris le soin de rappeler au président du Faso que nous l’avons très rarement entendu après les élections sur la réconciliation. Sur ces aspects, il nous a rassuré, qu’il le fera et qu’il sera bon que dans les jours et mois à venir il y ait des actes forts qui montrent que les Burkinabè vont sur le chemin de la réconciliation. »

Sur le plan sécuritaire Eddie Komboïgo dit être venu s’informer sur l’état des équipements des forces armées burkinabè en lutte contre le terrorisme et surtout une clarification de l’option choisie par le chef de l’Etat dans le cadre de cette lutte.

« Le chef de l’Etat nous a assuré qu’aujourd’hui les militaires étaient assez bien équipés pour faire face à cette hydre qui frappe et qui endeuille notre pays. Je pense que sur cette vision, il serait bon que le chef de l’Etat décline sa politique assez clairement sur l’option qui est d’aller frontalement ou d’associer la négociation. »

Le chef de file de l’opposition demande qu’une aide significative soit apportée aux familles des soldats décédés dans le cadre de la lutte contre l’insécurité.

A lire aussi : Burkina Faso: Eddie Komboïgo, nouveau chef de file de l’opposition, est déjà dans son rôle