Burkina Faso: l'opposition dénonce les violences de milices proches du pouvoir

Les responsables du Front patriotique, un mouvement burkinabè regroupant les partis politiques et des organisations de la société civile, dénoncent la naissance de milice pour menacer les opposants. Ces responsables accusent un membre de l’Assemblée législative de Transition d’être à la tête d’une des milices qui a tenté par la violence de s’opposer à la naissance du Front patriotique. Ils s’en seraient pris physiquement à Alassane Bala Sakandé, ex-président de l’Assemblée nationale.

Avec notre correspondant au Burkina Faso, Yaya Boudani

Les membres de cette milice ne seraient pas à leur premier forfait selon les responsables du Front patriotique. « Le même groupe aurait mis fin à une conférence de presse d’un autre mouvement, qui projette une manifestation contre la politique française au Burkina Faso », souligne maître Ambroise Farama, le conseiller du front.

Le mouvement s'interroge sur la responsabilité des militaires au pouvoir

Sans en attribuer la paternité au régime militaire en place, les responsables du Front patriotique, soulignent la proximité de certains membres de cette milice avec le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration, la junte militaire. « Nous ne pouvons pas affirmer qu’ils ont été envoyés par les premiers responsables du pays, mais cela n’est pas exclu, car il y a apparemment des liens suffisants qui peuvent exister entre eux », martèle Me Ambroise Farama.

►À lire aussi : Au Burkina Faso, des associations et partis lancent un « Front patriotique » face au MPSR


Lire la suite sur RFI