Burkina Faso: la justice accorde à nouveau la liberté provisoire au lieutenant-colonel Zoungrana

La justice burkinabè a accordé mercredi 22 mai la liberté provisoire au lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana. Mais l’ancien patron du 12ème régiment d’infanterie commando, qui est en résidence surveillée, n’a pas regagné sa résidence à Pabré à la périphérie nord de Ouagadougou. Accusé de « complot contre la sûreté de l’État », il avait été arrêté en janvier 2022, juste avant le coup d’État contre l’ex-président Roch Marc Christian Kaboré.

Le lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana n’a pas encore rejoint sa résidence à Pabré malgré la décision de la Chambre de contrôle. Selon ses proches, « il n’a pas encore obtenu son titre de sortie et se trouve toujours en résidence surveillée ».

La mise en liberté provisoire de l'officier est soumise à plusieurs conditions. L’ex-chef de corps du 12ème régime d’infanterie commando doit s’abstenir d’entrer en relation avec les « mambas verts », son ancienne unité d’élite dont les membres sont sur le front antiterroriste.

Le gradé devra également informer le juge d’instruction de tout déplacement au-delà de Ouagadougou et de la commune de Pabré. Il devra aussi pointer au cabinet du juge d’instruction trois fois par semaine.


Lire la suite sur RFI