Burkina Faso: le gouvernement de transition prolonge d'un an l'ordre de «mobilisation générale»

Au Burkina-Faso, la situation sécuritaire et celle des droits de l'homme se dégrade de jour en jour. Face à une situation sociale et sécuritaire plus qu'instables, les autorités de la transition ont décidé de proroger, d'une année supplémentaire, l'ordre de « mobilisation générale ».

« Consolider les acquis et poursuivre la lutte contre le terrorisme », c'est l'argument invoqué, mercredi 24 mars, par le gouvernement de transition pour justifier une prolongation du mot d'ordre national de mobilisation générale permettant la réquisition des jeunes de 18 ans et plus, aptes à s'enrôler, en fonction des besoins militaires du moment.

Cette prorogation peut se justifier tant les attaques terroristes ou encore les blocus de certaines provinces sont nombreux et répétitifs. Dernier exemple en date, celui de la province du Yagha, au nord-est du Burkina, hors de contrôle des forces régulières.

À lire aussiBurkina Faso: 500 000 personnes vivant sous blocus n'ont pas eu accès à l'aide humanitaire en 2023

Ces situations poussent certaines familles à fuir, faute de ravitaillement en nourriture et en médicaments. Ainsi, ce week-end, de nombreuses mères de famille de Solhan ont décidé de quitter cette commune du nord-est pour marcher jusqu'à Pouytenga, à plus d'une centaine de km au sud, pour y trouver de quoi nourrir et soigner leurs enfants.


Lire la suite sur RFI