Burkina Faso: encore beaucoup d'interrogations sur les attaques dans la région de l'Est

Au Burkina Faso, le gouverneur de la région de l'Est affirmait, jeudi 28 mai, dans un communiqué, que le bilan provisoire faisait état d'une cinquantaine de personnes tuées, mercredi 27 mai, dans une attaque par des hommes armés, à Madjoari, près de la frontière avec le Bénin. Un chiffre que le gouvernement ne confirme pas pour le moment.

Le gouvernement a affirmé, vendredi 27 mai, que les opérations de l'armée dans le secteur de Madjoari « n'ont pas permis de retrouver des victimes pour l'instant », tout en donnant un bilan de onze morts dans une attaque similaire, trois jours plus tôt, dans la localité de Gorgadji, dans la province du Séno.

RFI a pu joindre une personne qui est née et a grandi à Madjoari, qui a quitté la localité l'an dernier mais qui a pu communiquer avec des habitants. Selon celle-ci, les habitants manquaient de nourriture ou se sentaient en insécurité, depuis l'attaque du détachement militaire, il y a quelques jours.

À lire aussi: Burkina Faso: des dizaines d'habitants de Madjoari tués par des hommes non identifiés

Pourquoi cibler les civils ?

Mahamadou Sawadogo, expert en sécurité, explique que cette zone connaît régulièrement des attaques, depuis quatre ans, mais selon lui cela faisait longtemps que les jihadistes n'avaient pas ciblé des civils. Comment expliquer ce changement ? Il nous détaille plusieurs hypothèses.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles