Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises d'ici un mois

© Vincent Bado

"Le gouvernement burkinabè a dénoncé mercredi dernier l’accord qui régit depuis 2018 la présence des forces armées françaises sur son territoire", a indiqué l'Agence d'information burkinabè (AIB).

"Cette dénonciation faite le 18 janvier 2023 donne selon les termes de l’accord du 17 décembre 2018 un mois aux Forces armées françaises pour quitter le territoire burkinabè", poursuit l'agence nationale.

À lire aussi Influence russe en Afrique : quand la guerre informationnelle se joue dans des dessins animés

Selon une source proche du gouvernement, les autorités ont demandé "le départ des soldats français dans un bref délai".

À lire aussi Burkina Faso : Macron «condamne le coup d'Etat militaire»

"Ce n'est pas la rupture des relations avec la France. La notification concerne uniquement les accords de coopération militaire", a-t-elle précisé.

Mardi, le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir dans un putsch fin septembre, le deuxième en huit mois, avait affirmé devant des étudiants que le "combat pour la souveraineté" était "engagé".

"Dans les heures à venir vous verrez un certain nombre d'informations tendant à revoir nos relations avec certains Etats", avait-il prévenu.

D'après des sources proches du dossier consultées par l'AFP, l'option privilégiée par la France serait de redéployer ces forces spéciales dans le sud du Niger voisin, où sont déjà déployés près de 2.000 militaires français.

La France, ex-puissance coloniale, ...


Lire la suite sur ParisMatch